# 58-4504-04JU08C  BACK  ARCHIVE

Communaut├ęs

Iac Villeurbanne Lyon  •  France [FR]

L’Institut d’art contemporain de Villeurbanne proposera, du 6 mai au 26 septembre 2004, l’exposition Communauté (1er volet de mai à juin, 2e volet de juin à septembre). Le principe général est de faire s’y côtoyer des artistes d’acquisitions récentes de la Collection Frac Rhône-Alpes et des artistes invités programmés dans une sorte de « galerie des projets » démultipliée.

Communauté ne relève pas d’une conception traditionnelle d’exposition de groupe suivant une ligne thématique mais a été pensée comme une réflexion autour des langages esthétiques avec lesquels les artistes abordent la question de ce qui fait une communauté, ses fonctionnements, ses échanges, ses règles, ses mémoires…
Communauté ne propose pas des travaux revendiquant des partis pris micro-politiques ou des identitarismes fragmentés issus d’une certaine compréhension de la « globalisation ». Elle ne fait pas le procès du communautarisme grandissant, pas plus qu’elle ne réunit les artistes à partir de critères d’appartenance ou d’origine nationales ou ethniques. Elle fait place à des artistes qui, hors de tout contexte globalisant idéologiquement imposé, rendent compte des transformations du paysage culturel et social. Par des mises en espace, des procédures et des formulations symboliques appropriées, ils donnent à voir comment se constitue une « communauté ». Ces artistes s’adressent à plusieurs communautés en même temps, originaires d’une culture ou d’un pays mais travaillant dans d’autres territoires géographiques et communiquant en permanence avec d’autres perceptions. Ainsi se dessine une communauté cosmopolite, celle des arts visuels impliqués dans les transformations de la société.

Communauté a l’ambition de mettre en valeur des situations où chacun se projette et où se construisent des allers et retours entre l’individu et le groupe. Les œuvres mettent l’accent sur des processus de régulation des espaces sociaux peu médiatisés. Communauté est structurée à partir des mixités et des jeux de croisement et de la mise en lumière des situations de tension entre individualité et collectivité. Elle est pensée comme une rencontre entre des « individus », et ne se fonde pas sur une analyse typologique des « identités » telle qu’elle a été élaborée par l’histoire et la tradition et telle que la prône un communautarisme revendicateur aujourd’hui résurgent. Elle s’articule comme une déambulation à travers une dizaine d’espaces, chacune consacrée au travail d’un seul artiste, à un scénario dans lequel chacun pourra trouver l’espace de son propre engagement.

Un certain nombre d’œuvres éclairent des situations où l’individu est au centre du dispositif : le film Nocturnes d’Anri Sala, la sculpture de Jimmie Durham célébrant la souveraineté individuelle et le dialogue-échange généré par Tino Sehgal appartiennent à cette catégorie. Du côté des groupes et des mises en œuvres de collectivités, le magistral White Wall Travelling de Melik Ohanian rend hommage aux dockers licenciés de Liverpool tandis que Christophe Berdaguer et Marie Péjus créent des zones de fluides d’énergie collective et que Constanze Ruhm a construit le scénario de son film Re(hers)al (très remarqué à la dernière Biennale de Berlin) à partir des rencontres improvisées d’un groupe de femmes. Enfin, le géopolitique et le « géographique » vu comme un territoire mental sont à l’œuvre aussi bien dans les protocoles de performances psycho-géographiques de Francis Alÿs que dans le projet pour un monument public alternatif de Sam Durant ou dans la décomposition des contours des frontières des pays des Balkans par Elena Panayotova, et sans oublier le travail de déconstruction d’Henrik Olesen stigmatisant le paysage mental d’une morale sexuelle convenue et rivée à des schémas figés.

L’exposition se déroulera en deux temps : le premier volet du 6 mai au 4 juillet 2004, puis un deuxième du 9 juillet au 26 septembre où certaines œuvres se verront remplacées par d’autres, dont une œuvre d’Adrian Piper ainsi qu’un projet de Dan Perjovschi qui s’intégrera ensuite à nos expositions de l’automne.

1st Part: Communauté 1 (7 May – 4 July 2004) presents Francis Alÿs, Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Sam Durant, Jimmie Durham, Melik Ohanian, Henrik Olesen, Elena Panayotova, Constanze Ruhm, Anri Sala and Tino Sehgal.
2nd Part: Communauté 2 (9 July – 26 September 2004) presents Francis Alÿs, Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Sam Durant, Jimmie Durham, Melik Ohanian, Henrik Olesen, Elena Panayotova, Dan Perjovschi, Adrian Piper, Constanze Ruhm and Anri Sala.

Works acquired recently for the FRAC Rhône-Alpes accompany projects by guest artists in multiplex « project rooms ».

Communauté does not conform to a traditional exhibition scheme with a determinate thematic line. Rather, it has been conceived of as a treatment of the aesthetic languages used by artists to describe what it is that makes up a community, with its functions, its exchanges, its rules, its behaviours, its memories.
The works in Communauté do not take up micro-political positions or fragmented identitarisms produced by « globalisation », or comment on the swelling tide of communitarianism. Nor does it select artists on the basis of national or ethnic origin. It foregrounds the work of artists who, outside of any ideologically-imposed globalising context, give an account of the transformations that have taken place in the social and cultural landscape. Through well-chosen spatialisations, procedures and symbolic language, these artists shed light on the way in which a « community »comes into being. They have their roots in specific cultures or countries, but they look at several communities simultaneously, working regularly in different geographical territories, and are continually confronted with different types of perception. Thus a cosmopolitan community becomes established – a community of heterogeneity instead of sameness, a community of visual arts involved in the transformations that are taking place in society.

Communauté is intended to focus on situations into which people project themselves, and in which interactions between individuals and groups can take place. The various works place the emphasis on processes for the regulation of social spaces. The exhibition is structured round contacts, cross-cutting games, and the clarification of situations of tension between individuality and collectivity. It is an encounter between « persons »who do not manifest a typological « sameness »brought about by history and tradition. A number of works elucidate situations which relate to transitions from the individual to the plural, for instance the obsessive fantasies of two hyper-individualists in Anri Sala’s Nocturnes; or Jimmie Durham’s Arc de Triomphe for Personal Use, which celebrates individual sovereignty; or again Tino Sehgal’s dialogue on exchange and economy This is Exchange. Melik Ohanian’s masterly White Wall Travelling gives a voice to dockers in Liverpool, while Christophe Berdaguer and Marie Péjus literally create a magnetism of group dynamics in the 7th Continent, and Constanze Ruhm presents her film Re(hers)al, which is built around a play staged by a group of female characters. « Geographics », taken as a mental territory, are at work, both in the protocols of Francis Alÿs’s psycho-geographical performances, in Sam Durant’s project for a public counter-cultural monument Proposal for Monument in Friendship Park, Jacksonville, FL, and in Elena Panayotova’s decomposition of Balkan borders The Movable Peninsula, not forgetting Henrik Olesen’s deconstructive work in stigmatising the mental landscape of conventional sexual morality firmly bound to frozen schemata Anthologie de l’amour sublime .

In the second part, a work by Adrian Piper I/You (Us), along with a project by Dan Perjovschi, will join the new proposals that are to replace the works belonging to the FRAC Rhône-alpes collection.

A special issue of the art magazine Semaine will include documents on the artists, and a curatorial text by Dirk Snauwaert.

Artists : Francis Alÿs, Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Sam Durant, Jimmie Durham, Melik Ohanian, Henrik Olesen, Elena Panayotova, Constanze Ruhm, Anri Sala, Tino Sehgal, Dan Perjovschi, Adrian Piper

More Infos